S’aimer soi-même

Par Judy Emmanuelle

__________________________________________________________________________________________________________

 

Je suis de ceux qui pleurent quand leur personnage préféré meurt dans une série télé.

Je m’attache aux gens, aux idées, aux choses…

Aujourd’hui, j’ai visionné un film où un personnage se bat durant toute la durée de l’histoire : il donne tout pour tenter de procurer une nouvelle vie à sa fille qui, à la fin, meurt assassinée.

Il s’éteint lui-même à ses côtés, après avoir constaté sa mort. 

De mon côté de l’écran, alors que ce personnage voyait la petite figer dans ses bras, j’ai vu défiler les possibilités pour lui de refaire sa vie en se dédiant à une ou l’autre cause pour que son histoire ne demeure pas vaine. Mais il avait fait de sa fille son unique horizon et son cap : c’était elle qu’il aimait. C’était sa fille, sa raison de vivre ; son lien et sa corde à la vie, c’était elle.

Alors que je me préparais un thé après le film, je songeais tristement à son trépas auto-infligé. Il aurait pu vivre. Je vois qu’il aurait pu continuer. Et à mon sens, il aurait dû.

Je me suis mise à rire en remarquant l’ironie de mes réflexions.

C’est la fille qui songe si souvent au suicide qui tient ce genre de discours interne !

Pourquoi est-ce que, moi, je vois la porte du suicide dans mon couloir d’options, alors que pour lui, cela me semblait impensable ? 

Parce que j’aimais ce personnage, tout simplement. Elle est là, la différence!

Aimer et Croire en une personne déclenche un goût (et peut-être même un besoin) d’engagement, de dévotion, ainsi que toute une série de façons d’agir qui vont selon cette ligne de conduite.

J’aimais ce personnage, je Croyais en lui, alors j’ai voulu qu’il vive, et ça m’a permis d’entrevoir ses possibilités futures. Quelque chose que j’aurais voulu lui transmettre pour qu’il avance et se choisisse.

À mon sens, il ne s’agit pas de s’accrocher, mais d’aimer, de se lier, de se choisir, de s’inspirer soi-même, pour se donner à nous et aux autres.

Je sais maintenant que, si je veux arriver un jour à ne plus avoir cette vision d’une falaise vers laquelle avancer pour mettre fin à mes souffrances, je vais devoir réaliser que je suis merveilleuse. Me voir, m’aimer, m’attacher à moi-même et me laisser être inspirée par mes propres péripéties…

Je suis mon héros si je le décide. Et je le décide.

Je me choisis, pour arriver à choisir ce monde meilleur auquel je crois.

Choisissez-vous, mes anges ! Louangez-vous d’amour et suivez votre voie !

Ça ne peut passer que par soi-même.

 

Je vous aime.

 

P.S. : Je viens de jouer à Become Human.

Ce que j’aime des jeux vidéo, c’est qu’ils Peuvent représenter pour nous une façon de vivre une expérience. Que l’on agisse dans un jeu ou dans la réalité, on apprend. Est-ce que nos subconscients font la différence entre la réalité et les images qu’ils voient à travers l’écran?

Nous nous définissons en toutes occasions, selon moi.

Et ma finale à ce jeu m’a appris quelque chose…

Ma façon de ne pas me permettre de jouer m’a appris quelque chose.

 

1 thought on “S’aimer soi-même

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>