La pelouse qu’on laisse pousser…

Par Judy Emmanuelle

__________________________________________________________________________________________________________

 

Je n’ai pas osé lui dire que j’aimais l’herbe non coupée. Sur une partie de son terrain, il y a quelques fleurs çà et là et je vois régulièrement des papillons y virevolter. Les herbes plus hautes font comme des vagues à la surface de l’eau en se laissant bousculer par le vent… La hauteur de la végétation n’est pas encore au point de laisser croire à un sérieux laisser-aller. Elle est simplement semblable à une femme à l’indice de masse corporelle parfait ! Elle m’inspire le naturel qui s’accepte et se plaît à être telle que la nature l’a conçue…

Oui, sa pelouse m’inspire ces femmes qui se trouvent belles et qui, sans honte ni scrupules, peuvent se baigner nues et se laisser sécher au soleil, étendues dans l’herbe tout en se sentant bien.

J’ai décidé de m’installer dehors pour contempler ce naturel voué à disparaître sous peu pour laisser place à une image inspirant plus de rectitude, à ce qui est attendu dans ce quartier et dans bien d’autres. On y entend aux matins de fin de semaine le vrombissement des machines aux lames tournoyantes qui rétablissent l’ordre dans cette nature qui ne sait pas se contenir et se tenir !

La tondeuse est peut-être comme un rasoir.

Bien utilisé, on peut se sentir bien par la suite. J’avoue aimer l’odeur de l’herbe coupée. Elle me rappelle que les plantes tentent à leur façon de communiquer. Et il est vrai qu’à un certain point, je préfère la vue d’une pelouse fraîchement coupée. Mais le rasoir (et peut-être aussi la tondeuse) est un outil qui reste la plupart du temps agressif pour le délicat épiderme qu’est le nôtre.

Notre souci va davantage vers l’adhésion à la norme sociale, qui veut que même notre corps doit cacher que nous avons des traits propres aux mâles. Sans quoi, à la façon dont on pénalisait une femme trop entreprenante, on fera sentir à l’affublée d’une pilosité trop visible qu’elle n’est pas valorisée dans sa nature « équilibrée ».

 

…Ouais, je me suis abstenue de lui dire que j’aimais que l’herbe ne soit pas coupée.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>